Enjeux des projets

Depuis 2015, les projets collectifs et transdisciplinaires réalisés dans le cadre du laboratoire investissent les problématiques spécifiques à l’image et à sa fabrication contemporaine.


En 2016, le projet Overscopia, réalisé entre autres avec le designer et chercheur associé Mathieu Cherubini, présente une fourmilière associée à une caméra automatisée. Ce dispositif témoigne des possibilités et des limites du couplage algorithme et prise de vue tel qu’on le retrouve dans les enregistrements des drones militaires. On le sait, ce type de captation utilisé aujourd’hui à des fins militaires sert parfois à l’analyse du comportement des individus. Le résultat de ces prises de vue peut ainsi être utilisé en vue de discriminer des comportements suspects ou criminels. Overscopia prend à revers ce type d’analyse tendancieuse en mesurant la vie des fourmis vue du ciel de façon à la fois juste, abstraite et dérisoire.
En 2016 également, à travers le projet Ubiquité et associé au professeur Jean-Louis Boissier, le laboratoire développe une application de reconnaissance de formes pour téléphone portable en essayant à travers des scénarios personnalisés par les différents chercheurs de travailler à une certaine lisibilité du monde.


En 2017, le projet Anima est réalisé en collaboration avec le metteur-en-scène Karim Bel-Kacem, l’école régionale des acteurs de Cannes Marseille (ERACM), l’école supérieure d’art d’Aix-en-Provence (ESAAIX) et le théâtre scène nationale d’Arles. Sur la base du roman de Wjadi Mouawad, les étudiants de l’ENSP et de L’ERAC créent des dispositifs de prises de vue et des jeux scéniques capables de retranscrire poétiquement le point de vue des animaux à travers lequel l’histoire se déroule. Le projet a été présenté au théâtre d’Arles et dans le cadre du festival Actoral à l’automne 2017.
En 2018, le partenariat avec l’école supérieure d’art d’Aix-en-Provence (ESAAIX) se poursuit avec les professeurs Guillaume Stagnaro et Abraham Poincheval. Le projet consiste, en se basant sur le texte de Sébastien Brant La nef des fous de 1494, à réaliser un direct télévisé de vingt-quatre heures retransmis sur la chaine câblée d’art contemporain Souvenirs from Earth.


En 2018 également, l’exposition Étant données présentée à Vox, centre de l’image contemporaine à Montréal, jalonne à mi-chemin le programme de recherche sur les images opératoires en présentant une série d’œuvres et de dispositifs spécialement réalisés par l’équipe de chercheurs mixte ENSP et UQAM.


OverscopiaUbiquitéANIMA

© École nationale supérieure de la photographie